Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Emmanuelle

Quand est-ce qu’on apprend aux hommes à ne pas attaquer ?

1 Novembre 2013 Publié dans #Femmes

Il y a quelques semaines, j’ai reçu un mail m’invitant à un cours d’autodéfense féministe. J’y suis allée par curiosité et ne regrette pas : on y apprend beaucoup de choses utiles. Pas seulement sur la défense physique, mais, en amont, sur comment poser ses limites et ne serait-ce qu’oser se défendre. Parce que nous ne savons pas, nous sommes bourrées d’interdits qu’on nous a foutus dans le crâne depuis que nous sommes nées. Depuis, j’ai voulu aller plus loin et me suis procurée un bouquin intitulé "Non c’est non, Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire". Il me semble que c’est un discours assez répandu dans les milieux féministes de proposer des outils aux femmes pour qu’elles puissent se défendre. Je trouve bien entendu que c’est essentiel. Mais il y a un truc qui me gène. En mettant majoritairement l’accent sur ce que les femmes devraient faire, on oublie un point fondamental : le problème, ce n’est pas les femmes, ce sont les hommes (oui, oui, pas tous, je suis au courant).

Je sais qu’il ne s’agit pas de culpabiliser les femmes mais de dénoncer le système patriarcal qui leur a appris à ne pas se défendre et, de manière générale, à ne pas savoir s’imposer. Mais on répond bien trop souvent à ce constat par "il faut que les femmes apprennent à se défendre". Et les hommes, quand est-ce qu’on leur apprend à ne pas attaquer ? Ça commence à m’énerver d’entendre dire que la cible principale du féminisme ce doit être les femmes, "qu’elles prennent conscience de leur oppression", "apprennent à oser dire non", "apprennent à s’émanciper", etc. Pour un peu je mettrais ça dans le même sac que les "conseils aux femmes" du Ministère de l’Intérieur (mais ce serait sans doute de mauvaise foi, disons juste que j'en ressens un effet d'accumulation) : "évitez les lieux déserts", "marchez d’un pas énergique"… Quand est-ce qu’on dit aux hommes "évitez d’agresser une femme" ou "marchez sans faire de remarques sexistes" ?

Que des féministes organisent des ateliers d’autodéfense pour les femmes, très bien, c’est nécessaire et utile. Mais ça ne doit pas être la seule priorité. Il est grand temps d’organiser aussi des ateliers pour apprendre aux hommes que non, les femmes (et plus spécifiquement leurs corps) ne sont pas à leur disposition. J’engage les hommes qui se disent féministes (proféministes) à organiser ce type d’ateliers pour hommes, plutôt que dire aux femmes ce qu’elles sont censées faire ou pas. Évidemment les femmes aussi peuvent le faire, mais comme les hommes proféministes cherchent généralement une place dans le mouvement féministe, j’en profite pour leur en conseiller une qui me paraît pertinente...

Tu vois Didier, on ne sent pas le cul, ça ne se fait pas, les femmes ne sont pas des objets.

Tu vois Didier, on ne sent pas le cul, ça ne se fait pas, les femmes ne sont pas des objets.

Voilà. Pour moi lutter contre le viol et plus largement contre les violences faites aux femmes implique aussi, en grande partie, de s’adresser aux hommes. Ça m’a pourtant l’air de manquer cruellement dans les faits. Bien sûr ce n’est pas simple. Cette éducation devrait s’adresser à tous les hommes, depuis la petite enfance. Et aller de pair avec la lutte contre les publicités sexistes et toutes les représentations qui dégradent les femmes (clips, films, etc.). Et plein d’autres choses encore pour sortir du système de domination masculine. Mon but ici n’est pas d’exposer une unique solution aux violences faites aux femmes mais de proposer une autre perspective - complémentaire - qu’apprendre aux femmes à se défendre : apprendre aux hommes à ne pas attaquer. Ça me paraît le b.a.-ba.

P.S : Je n’ai pas connaissance de telles initiatives, mais peut-être qu’elles existent. Si vous en connaissez, merci de m’en parler dans les commentaires !

Partager cet article

Commenter cet article

J. Marannes 21/04/2016 21:32

Simple et radical: castrer es fautifs ou ceux dont le taux de testostérone est excessif!