Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Emmanuelle

Flânerie sur la berge

9 Août 2013 Publié dans #Détente

Royaume des fées en pays de Thiérache, Aisne (France). Crédit photo : Emmanuelle

Royaume des fées en pays de Thiérache, Aisne (France). Crédit photo : Emmanuelle

Magique. Une immense lune rousse, presque rouge, irréelle, s'impose à l'horizon. Pas de doute : elle flambe. Et j'éprouve soudain un profond respect pour elle. Regarder le ciel nocturne ne me lasse jamais. Évidemment à la mi-août pour voir filer les étoiles filantes, mais aussi toute l'année, dès que le temps le permet et que le lieu n'est pas trop éclairé.

Je suis régulièrement en manque de nature. De promenades ombragées. D'observations émerveillées. Du vent sur mon visage et du chant des oiseaux à mes oreilles. Alors je ne peux en rester éloignée bien longtemps, ça m'appelle, de toute mon âme, de toutes mes tripes. Rien ne me ressource autant qu'une rivière en forêt. Simplement la regarder, l'écouter, se laisser bercer par la musique de l'eau.

Au bord de l'eau qui coule, le temps ralenti. Tout s'apaise. Des libellules dansent, des bergeronnettes sautillent en remuant inlassablement leur queue, des poissons argentés se devinent à travers les reflets du soleil sur la surface de la rivière. Des feuilles d'arbres colorées dérivent avec le courant pour atteindre un ailleurs inconnu, mystérieux. L'esprit dérive avec elles, vagabonde, suit les méandres du cours d'eau avec délice. Loin des soucis du monde, de ce qu'on appelle le quotidien. Libéré des contraintes, de la course vaine et mortifère après le temps. Corps et âme ouverts à l'enchantement. Commence alors le vrai voyage, dans le monde des fées et des lutins, comme un pied-de-nez à la société des forçats du travail et de la consommation. Où pour un temps, on est vivant.

Le temps, c'est comme l'eau du fleuve. On a l'impression qu'elle passe, mais elle est toujours là. Va au bord du fleuve à n'importe quel moment, il y a toujours de l'eau et tu puises si tu en veux. Crois-moi, le temps ne passe pas, Mwana. Il passerait pour aller où ?

"L'enfant-pluie" de Francis Bebey

Partager cet article

Commenter cet article