Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Emmanuelle

Le temps est venu

24 Août 2013 Publié dans #Détente, #Un nouveau monde en marche

Mon calendrier mental

Mon calendrier mental

S'il est une chose mystérieuse qui me fascine c'est bien le temps. Impalpable, mouvant. Notre perception du temps varie tellement d'un moment à l'autre dans notre vie. Il est celui qui rythme notre existence, de la naissance à la mort. On court après, mais peine perdue, c'est l'encourager à s'échapper. On voudrait bien mais on ne peut s'y soustraire.

Difficile d'expliquer le temps. De penser même ce concept, ça me donne vite le vertige. Je constate avec étonnement que chaque année me semble passer plus vite que la précédente. Comme si ma vie accélérait. Comment est-ce possible ? J'ai trouvé l'explication illustrée ici. Comme c'est en anglais, je traduis l'essentiel du message de cette petite bande dessinée pour les non-anglophones :

Mon grand-père a vécu jusqu'à 100 ans. Il disait que, quand nous naissons, notre première année passe lentement, parce qu'elle représente 100% de notre vie. La seconde année passe un peu plus vite, parce qu'elle représente 50% de notre vie. Quand vous vieillissez, chaque année est projetée sur la mémoire recueillie durant toute votre vie. Quand vous atteignez 100 ans, les années disparaissent comme des gouttes dans l'océan. Plus vous vieillissez, plus le temps passe vite, et vous ne pouvez jamais le récupérer. Alors chérissez le temps que vous passez avec ceux que vous aimez.

PhD comics

Je voudrais vous faire partager une vision intime. Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais moi j'ai un calendrier dans la tête (le joli dessin fait sous Paint !). C'est le même depuis des années, depuis toujours sans doute, aussi loin que je me le rappelle. Il a une drôle de forme, un peu ovale. Je le parcours jour après jour en tournant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. C'est mon calendrier mental. Comment est-il le vôtre ? Dans le mien, les mois sont disproportionnés les uns par rapport aux autres, c'est amusant. Sans doute lié au temps social. Au rythme dans lequel la société vit et me fait vivre. Voire m'impose de vivre.
Je vous conseille la lecture passionnante du billet de Jean-Luc Mélenchon à ce sujet, dont je cite quelques extraits :

Le temps, tout comme la distance, dans notre société est une convention sociale et un rapport de force entre dominants et dominés. Donc une construction politique. Il est aussi hiérarchisé que tout le reste de la réalité sociale. Il faut aussi apprendre à reconnaitre dans notre époque le temps dominant et les temps dominés. On voit aussitôt comment le temps dominant de l’ère moderne, c’est celui de la production. C’est « lui qui commande ». Il se soumet tous les autres temps sociaux.

Le blog de Jean-Luc Mélenchon

Ceux qui dominent l’usage du temps, c’est-à-dire ceux qui en ont la maitrise et en tirent profit dominent la société. En fait, le temps de la production à notre époque est lui aussi un temps dominé. La finance commande la production. Le temps de circulation de l’argent commande donc tous les autres temps. Ils lui sont tous soumis radicalement, jusqu’aux plus improbables. Ainsi celui de l’agriculture qui est resté pendant tant de millénaires cloué au rythme des saisons et dont je viens de rappeler de quelle force il commanda dans les anciennes sociétés. A présent une récolte est achetée avant même d’être semée puis revendue plusieurs dizaines de fois avant d’être, peut-être, un jour consommée. Au bout du compte, le temps dominant de notre époque est celui de l’espace-temps zéro, là où l’espace et le temps sont littéralement abrogés et disparaissent en même temps : dans la salle des opérations de bourse, au secret de la pièce blindée où les ordinateurs passent des ordre d’achat et de vente, en direction de tous les lieux de la planète, à toute heure, au même instant, à la nanoseconde et désormais sans l’intervention d’aucun être humain. Telle le mode d’allocation efficiente des ressources dans la cosmogonie du marché tout puissant.

Le blog de Jean-Luc Mélenchon

Le temps est vital, il est la vie même. Et nous nous le faisons voler. Nous devons perdre notre temps à gagner notre vie. Il me semble que nous devrions pouvoir choisir notre rythme, le temps auquel nous voulons vivre. Ce devrait être un droit fondamental de l'être humain, non ? Au lieu de foncer tête baissée, toujours plus vite, "contre la montre". A ce petit jeu mortifère, nous ne serons pas gagnant. Ralentissons. Reprenons le temps de réfléchir, d'arrêter la course au toujours plus, la roue productiviste infernale.

Le temps est venu de nous réapproprier le temps.

Partager cet article

Commenter cet article